Il est courant que lorsqu’on recherche une compétence professionnelle qui nous fait défaut pour mettre en œuvre un projet, en l’occurrence pour la création d’un site Web de bonne facture pour son activité, le premier réflexe dans la plupart des cas est de se tourner vers son réseau (famille, ami.e.s., etc.) Quand cette recherche s’avère infructueuse, on élargit son champ notamment sur Internet.

Prestataire de site Web
Bien choisir son prestataire de site Web

Sur la Toile, les offres sont nombreuses. Entre freelance et agences web, on rencontre en général dans ce microcosme le professionnel qui semble pouvoir répondre à nos attentes. Mais attention, le choix d’un prestataire de site web n’est pas sans risque.

Lorsque vous savez que vous n’êtes pas autonome dans la conception, la sécurisation et l’actualisation de vos données en ligne, donc dans la gestion indépendante de votre communication numérique, et que pour cela vous dépendez (même en partie) de votre prestataire, il faudrait vous assurer de quelques précautions pour ne pas perdre votre site Web et avoir à refaire tous les investissements initiaux quelques semaines voire quelques mois plus tard. Ceci parce qu’il serait arrivé qu’entre vous et votre prestataire de site Web, pour quelque raison, la concorde soit venue à s’effriter, la brouille s’est installée, et les positions maintenant irréconciliables.

Dans ce billet, nous allons examiner quelques usages que vous devriez observer pour préserver les données essentielles de votre site Web dès le lancement de votre projet. Rappelons toutefois ce que représente un site Web pour un professionnel.

Votre site Web caractérise votre activité en ligne

Votre site Web s’intègre dans un plan de communication dûment conçu (ou pas) et a vocation à contribuer à l’atteinte de vos objectifs en matière de valorisation de votre identité numérique. Il vous permet potentiellement de recruter de nouveaux clients, d’informer le public sur votre actualité, de partager bénévolement une expertise (blog), etc. En somme, votre site Web vous permet de maîtriser votre communication digitale et véhiculer dans l’opinion un sentiment de confiance.

Ouvrir un site Web sur une plateforme d’hébergement gratuit de Sites

Vous pouvez le créer vous-même plutôt facilement avec le logiciel développement de votre choix ou en ouvrir un sur une plateforme d’hébergement gratuit de sites telle que WordPress.com, Wix, OverBlog, et autres.

Si vous n’avez ni les compétences ni le temps ni même la volonté d’installer un site gratuit à cause des limites de ces technologies, il ne vous reste plus que le choix d’un prestataire de site Web tiers. En supposant que, suite à vos recherches internet, vous avez déniché celui qui semble convenir pour votre projet, voici quelques précautions à prendre.

Prestataire et client satisfaits
Prestataire et client satisfaits

Quelles sont les mesures à prendre vis-à-vis de votre prestataire de site Web

1/ S’assurer de quelques références du prestataire. Voir par exemple la structuration de son site Web, parcourir et vérifier quelques-unes de ses réalisations, aller jusqu’à interroger son engagement dans la communauté Web en quelques questions : est-ce qu’il tient un Blog ouvert au public ? de quelle(s) thématique(s) traite-il ? de quoi développe-t-il l’expertise ? etc.

2/ Trop d’embrouilles surviennent parce qu’entre prestataire et client, on ne s’est pas mis d’accord sur les termes exacts du projet ou même qu’on use parfois de mauvaise foi pour ne pas entendre ce qui ne nous arrange pas. Non ! Il est essentiel pour les parties de déterminer avec clarté les tâches en amont. Il faut agir ici avec méthode.

Le client qui, à ce stade, tient encore toutes les cartes entre ses mains devrait pouvoir indiquer si nécessaire dans un cahier des charges ou dans une sorte de feuille de route qui pourrait se traduire en un document écrit ou en une énumération de ses besoins par e-mail les tâches précises qu’il entend que le prestataire de site Web accomplisse.

3/ Demander à votre prestataire de site internet, dès la mise en ligne de votre Site, de vous communiquer le code d’authentification (code d’autorisation) de votre nom de domaine (adresse web du Site). Tant que vous ne l’avez pas, vous n’êtes pas pleinement propriétaire de votre domaine si vous avez externalisé son acquisition.

4/ Exiger de connaître les références de l’hébergeur Web de votre Site. Il y a des raisons à cela :

  • Il vous est loisible par une recherche internet rapide de savoir si l’hébergeur est performant dans ses prestations et sur quel continent héberge-t-il vos données ? où sont localisés ses serveurs principaux ? dispose-t-il de serveurs relais ? quelle réglementation encadre son activité (RGDP, ECPA, etc.) ?

    Ceci est utile notamment pour la restauration rapide de votre site s’il a subi les attaques fructueuses d’un hacker habile, et qu’il est indisponible. L’hébergeur Web devrait pouvoir remettre une copie conforme du Site en ligne, rapidement, dans les heures qui suivent le piratage.

  • En cas de brouille avec votre prestataire de site Web ou même si vous décidez (et c’est votre droit) de le changer pour un autre, muni du code d’autorisation de votre nom de domaine et du nom de l’hébergeur, il est possible d’envisager le transfert de votre adresse Web au nouvel hébergeur de votre Site. N’oubliez pas qu’il est recommandé de ne pas avoir à renouveler à chaque occasion l’adresse de son Site. Les usagers s’y perdraient, votre référencement Google en pâtirait.

  • Le choix d’un hébergeur Web responsable contribue à la sécurité de votre communication par e-mail grâce aux technologies de sécurité qu’il déploie.

  • Le choix d’un bon hébergeur Web concourt également à la performance de votre site et améliore l’expérience utilisateur.

5/ Demander à votre prestataire d’intégrer une rubrique comportant les mentions légales. C’est une exigence réglementaire dans de nombreux pays. Ça devient un motif de déréférencement dans la recherche Google.

6/ Demander une copie du Site que vous conserverez. C’est un tout petit fichier, parfois un dossier compressé, très léger.

Voici listés six usages à adopter pour se prémunir d’une perte définitive de son site Internet et d’investissements importants en cas de discorde profonde avec votre prestataire de site Web. Avant de conclure ce billet, revenons au point n°2 qui me parait le plus important. On y a évoqué le cahier des charges ou la feuille de route. Que devraient-ils comporter ?

Je vous donne une liste non exhaustive des éléments qu’ils pourraient intégrer :

1/ Le nom de domaine (adresse web du site) que vous souhaitez acquérir.

2/ Une description de votre entreprise, de votre activité.

3/ Les objectifs que vous voulez viser avec votre site web.

4/ Les missions que vous attendez de votre prestataire (uniquement création du site, ou couplée avec administration du contenu et des réseaux sociaux, etc.)

5/ Les éléments existants que vous possédez (logo, slogan, code couleur HEX et valeur RGB, photos, vidéos, description, textes, etc.)

6/ La date souhaitée pour la mise en ligne du site.

7/ Des exemples de sites visités que vous appréciez (communiquer les liens principaux).

Conclusion

Le choix d’un prestataire de site Web doit s’appuyer sur le professionnalisme de ce dernier. Un opérateur peu rigoureux vous fera courir droit dans le mur si vous n’avez pas pris les dispositions nécessaires pour le nom de domaine et pour la copie du site. Et vous fera perdre irréversiblement les avantages de l’indexation de votre Site par Google.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.